Imaginer un accident nucléaire majeur en France et tenter d’en évaluer le coût…

Imaginer un accident nucléaire majeur en France et tenter d’en évaluer le coût…

Les Américains, les Russes et les Japonais ont eu leur accident nucléaire majeur. Reste le quatrième grand pays du nucléaire : la France. Même si nous sommes les meilleurs du monde… un léger doute commence à saisir nos experts. Et si cela nous arrivait, à nous aussi. Après tout, c’est bien connu : le risque zéro n’existe pas. L’IRSN tente donc une évaluation. Elle va de 120 Md€ pour un accident avec fusion du cœur et rejets bien maitrisés jusqu’à 430 Md€ pour un accident majeur de niveau 7 comme Tchernobyl ou Fukushima, soit pas loin de deux fois le budget annuel de l’Etat. Naturellement, comme au Japon, EDF n’est pas assurée. Ces milliards d’euros, ce sera le peuple français qui devra les payer, comme il devra assumer pour des siècles l’amputation de son territoire et les impacts sanitaires.

Imaginez un seul instant le nombre d’années qu’il faudrait pour que la France se relève d’un tel drame. Aujourd’hui, certains insistent pour prolonger la vie de réacteurs vieillissants, en les rafistolant avec la bénédiction de l’ASN qui demande quelques travaux pour se donner bonne conscience. On change quelques générateurs de vapeur ici, on augmente l’épaisseur du socle à Fessenheim, on déplace les diesels de secours pour qu’ils ne soient pas inondés… L’objectif est clair : faire durer le plus longtemps possible ces réacteurs obsolètes pour faire un maximum de bénéfices car les nouveaux réacteurs vont coûter cher, très cher, trop cher… Du coup, les partenaires d’EDF se retirent du jeu. Après Enel qui a laissé EDF seul avec son EPR ruineux, voilà que son partenaire anglais Centrica reprend ses billes et se retire à son tour des nouveaux projets de réacteurs en Grande Bretagne. Il n’y a donc pas que l’Allemagne qui quitte le nucléaire, les industriels aussi. Et cela devrait commencer à faire réfléchir ceux qui rêvent d’une reprise mondiale du nucléaire. Trop tard, le nucléaire aura bien été une énergie de transition.