Ne plus revoir l’année 2010 !

Ne plus revoir l’année 2010 !

Suite aux récentes annonces de la ministre de l’écologie en ce qui concerne le développement de la part des énergies renouvelable dans le mix énergétique français d’ici 2020, il convient d’être prudent. Il est parfois intéressant de prendre juste un peu de recul par rapport à l’actualité pour mieux comprendre les politiques réellement mises en œuvre et bien faire la distinction entre les actes et les paroles. Ainsi, pour ceux qui n’auraient pas suivi les suites données aux engagements du Grenelle de l’environnement, voici les décisions prises par le gouvernement durant l’année 2010.

- En mars 2010, il distribue des permis de recherche dans le domaine des huiles et gaz de schistes.

- De mars à juillet 2010, il réalise un débat public pour le second EPR au cours duquel FNE a obtenu une étude complémentaire démontrant qu’il n’était pas nécessaire pour les besoins des français.

- En juillet 2010, la loi Grenelle 2, bien décidée à tuer l’éolien, le classe parmi les installations industrielles les plus dangereuses de France (alourdissement de la règlementation), exige au minimum cinq mats par installation (pourquoi ?) et 500 m de distance de la moindre habitation.

- En décembre 2010, le gouvernement suspend, avec effet rétroactif, tout rachat de photovoltaïque, bloque la filière et entame une concertation de trois mois dont le résultat correspondra aux annonces initiales, malgré des dizaines de contributions étayées de la part de tous les participants, dont celle de FNE.

C’était donc cela la politique de soutien aux énergies renouvelables en 2010…