Lionel PLAIS

Brennilis, année zéro du démantèlement

Dans un communiqué datant du mercredi 16 janvier 2013, sept associations de protection de l’environnement ont annoncé la saisie du Conseil d’Etat à propos du démantèlement de la centrale nucléaire de Brennilis, à l’arrêt depuis 1985. Elles réclament la suspension du démantèlement partiel prévu par EDF. J’entends déjà quelques esprits chagrins, le sourire en coin, s’étonner de la mobilisation d’écologistes contre une opération qui vise à faire disparaître une centrale nucléaire du paysage. Dans leur communiqué, elles rappellent que l’Autorité de Sûreté Nucléaire a rendu, le 22 octobre 2012, un avis défavorable concernant le projet de démantèlement présenté par EDF. Il semblerait que cet avis de l’ASN ne suffise pas à mettre un coup d’arrêt au chantier. Les associations, en désaccord avec le projet de démantèlement tel que présenté par EDF, s’y opposent. Elles souhaitent que d’autres projets puissent être présentés et réclament donc l’organisation d’un débat public concernant le démantèlement. Cette demande semble légitime. Au-delà de cette revendication ponctuelle, FNE souhaite un débat national sur le démantèlement de toutes les centrales que leur fin de vie soit dans 5 ans, 10 ans ou 20 ans.

Bien sûr, un tel débat risque de pointer du doigt les insuffisances du projet d’EDF et pourrait conclure à la nécessité de renforcer le projet et donc d’alourdir la facture. Et c’est là que nous touchons au cœur du problème. Si la facture de l’EPR ne cesse de s’envoler et laisse songeur quant au coût final, c’est encore pire en ce qui concerne le démantèlement puisque l’absence d’expérience menée à son terme dans ce domaine fait craindre le pire en ce qui concerne le volet économique. D’autant que les provisions pour démantèlement ne sont pas à la hauteur des besoins, comme l’ont pointé le Sénat et la Cour des Comptes. Il a même fallu un tour de passe-passe comptable pour que EDF affecte la moitié de son actif de RTE aux provisions pour démantèlement. Ce manque de provisions entraîne mécaniquement un autre effet : la volonté d’EDF de prolonger la vie des centrales pour se donner le temps de constituer ces fameuses réserves.