Le développement des énergies renouvelables doit-il dépendre des producteurs ou des collectivités ?

Le développement des énergies renouvelables doit-il dépendre des producteurs ou des collectivités ?

Dans un communiqué daté du 10 janvier, France Energie Eolienne, qui réunit des industriels du secteur, dresse un bilan mitigé des Schéma Régionaux Eoliens (SRE)[1]. En parcourant leur communiqué, on peut imaginer que le développement des énergies renouvelables peut prendre deux chemins différents selon que l’on décide d’en confier les rênes aux producteurs ou aux collectivités. Logiquement, les producteurs souhaitent un retour sur investissement qui soit optimal. Les éoliennes seront donc seulement implantées dans les régions très ventées (cas de l’Espagne et de l’Allemagne). Les panneaux solaires photovoltaïques seront également installés dans les régions où il y a le plus de soleil (dans le dernier appel d’offre 70% des résultats sont dans les quatre régions du Sud de la France).
Des lignes THT seront construites à travers toute l’Europe pour desservir les lieux de consommation. Le projet Desertec qui prévoit de couvrir le Sahara de panneaux solaires pour alimenter l’Europe symbolise, à lui tout seul, cette approche essentiellement économique du développement des ENR. Au contraire, dans le cas où les collectivités garderaient le contrôle de ce développement, on peut espérer un autre scénario. Il s’agira, en premier lieu, de mettre la priorité sur les énergies locales (soleil, vent, hydraulique, biomasse, déchets fermentescibles…) pour permettre aux territoires d’accompagner, dans les meilleures conditions, la nécessaire transition énergétique. L’accent sera également mis sur la sensibilisation des citoyens à qui les collectivités donneront les moyens d’êtres les acteurs de cette transition énergétique. Enfin, les collectivités feront de la réduction de la consommation et du développement des énergies renouvelables, des outils de lutte contre la précarité énergétique. Pour FNE, le meilleur chemin est naturellement le second.